Mon dernier billet

Réveillon sylvestre

 

Le 30 décembre 2022.

Aujourd’hui 30 décembre, le réveillon de la Saint-Sylvestre se profile. L’on va donc se retrouver et rester réveillé pour un « petit repas fait la nuit en compagnie » (1531). En fait de petit repas, il est plutôt d’usage, désormais, de faire ripaille, chez soi ou non, en famille ou entre amis, voire avec des inconnus, pour qui est prêt à célébrer le basculement sur la voie publique. Quoi qu’il en soit, bulles, flonflons et vœux sont de rigueur.

Pour notre part, le réveillon sera sylvestre, non en référence au 33e pape (qui occupa le saint Siège de 314 à 335 sous le règne de Constantin le Grand, converti au christianisme), mais sylvestre (du latin silva) car forestier, dans notre montagne beuilloise. Nous partagerons avec Claire notre petit repas, le cœur chaud de notre amour et le corps réconforté par notre poêle norvégien, désireux de cette sobriété heureuse, selon l’expression de Pierre Rabhi. Celui-ci disait aussi que « La joie de vivre ne s’achète ni au supermarché ni même dans les magasins de luxe ». Nous serons donc joyeux mais aussi frugaux, raisonnables sans peine, tempérés sans effort et modérés sans excès.

Nous verrons disparaître 2022 la maudite sans regrets mais sans rancune non plus : les épreuves nous ont renforcés et rapprochés si cela était possible encore. Elles nous ont révélés à nous-mêmes, elles ont mis en lumière l’amour de nos enfants et de nos proches parents et amis. Avec 2023 nous entrons dans l’espérance de la résilience et c’est sous ce signe-là que nous voulons entamer l’année.

Pas de ripaille, pas d’ébriété, pas de flonflons, mais du luxe néanmoins : celui que procurent la force, la sérénité, la conscience et le bonheur en dépit des accidents. En ces temps troubles, il serait presque impudique de dire que nous sommes heureux. Je forme donc le vœu que, comme nous, chacun puisse aimer son destin : amor fati, dixit Nietzsche.

 

 

Voir tous mes autres billets : cliquer ICI

Gagas de notre chien

Le 25 février 2021.

Nous en sommes à notre cinquième chien. Un peu d’expérience, donc. Et pourtant…

Et pourtant, nous sommes surpris par la nouvelle venue : Joia, croisement de labrador et de braque. Elle nous fait littéralement fondre !

Nous l’avons récupérée en septembre auprès de Brin de chance, association qui recueille des animaux maltraités. La première rencontre fut bouleversante d’évidence : c’était elle et c’était nous. La suite ne nous a pas détrompés. Nous nous sommes trouvés.

Elle avait environ six mois et subissait manifestement déjà un passif lourd : très peureuse, effrayée au moindre mouvement brusque ou au moindre bruit, il nous a fallu l’apprivoiser, la rassurer, lui donner confiance, et c’est encore un travail quotidien. En contrepartie, elle nous manifeste une reconnaissance et une affection sans bornes : des fêtes interminables le matin ou dans la journée, même après un quart d’heure d’absence ; une tendance à se blottir contre nous, au point de s’asseoir sur nos genoux lorsque nous sommes dans un fauteuil ou un canapé. Et nous acceptons cela…

Difficile à comprendre, certainement, pour qui n’a pas vécu quelque chose de similaire : elle nous attendrit. Toujours joyeuse, comme son nom la prédestine, elle nous rend plus heureux encore. Mystérieuse alchimie, tout de même !

Alors, pourquoi ce billet aujourd’hui ? Parce que, rentrant hier soir, je lui découvre une boule sur le flanc droit. J’ai bien perçu que mon inquiétude était disproportionnée : boule volumineuse mais pas douloureuse. Pour autant, bravant le couvre-feu et considérant que le motif était défendable, j’ai quand même filé en consultation vétérinaire. Diagnostic : hématome sans gravité. Elle déborde tellement d’énergie que, dans une de ses courses effrénées, elle a dû être victime d’une mauvaise évaluation de sa distance de freinage.

Consultation pour moi plus que pour elle, en réalité. Mais j’ai mesuré mon attachement à mon angoisse, puis à mon soulagement et enfin au plaisir que j’ai eu à régler les 58,80 €…

Partager